J-100 : et Si … l’Euro débutait aujourd’hui pour les Bleus

Tout le monde trépigne d’impatience à l’idée de voir les plus belles équipes nationales fouler les pelouses françaises en juin. Alors que ce bon vieux Noël Le Graet voit la France gagner l’Euro, je vous propose un saut dans le temps, pour vérifier ces dires. Allemagne et Espagne se rejoindront-ils en finale ? La France s’arrêtera-t-elle en quarts ? Jusqu’où iront les vikings Islandais ? Toutes ces questions nous allons y répondre, car si l’Euro débutait aujourd’hui le champion serait …

Ca y est, c’est l’effervescence. On y est enfin à ce jour du 10 juin 2016. Le match d’ouverture, c’est la confrontation à ne pas rater pour la France. On se souvient de la déconvenue portugaise lors de l’Euro 2004, où les Grecs les avaient pris à la gorge pour l’emporter 3-2. Didier Deschamps n’a pas le droit à l’erreur et il le sait. La Roumanie, c’est une vieille connaissance pour les Bleus. Une connaissance compliquée à battre lors de grands rendez-vous. Lors de l’Euro 1996, c’est grâce à un but de Christophe Dugarry (c’est dire) que la bande à Aimé parvient à lancer son championnat d’Europe. 12 ans plus tard, c’est un match nul qui lancera de la pire des manières la campagne de Domenech lors de l’Euro 2008.

Oh ! Un Dugarry

Les Tricolores sont donc prévenus. De la concentration par bleu. C’est d’ailleurs pour cela que n’ont pas été convoqué Eliaquim Mangala, défenseur intermittent de Manchester City, et Karim Benzema, victime de sextapaite aigüe après avoir heurté un Petit Vélo. C’est donc sur épaules de Griezmann que repose désormais l’armada offensive des Bleus. Olivier Giroud reste une nouvelle fois sur le banc. La fin de saison cauchemardesque des Gunners n’y est pas étrangère. Quand à André-tortilla-Pierre Gignac le staff des Bleus a préféré se passer de lui. La Desch’ a fait confiance a 4 autres hommes pour accompagner le madrilène et le londonien : Martial, Coman, Lacazette et Dimitri Payet. Le joueur de West Ham profite de l’absence de Nabil Fékir, ainsi que des 4 coup-francs directs mis en 5 journées par ses soins sur les pelouses de Premier League.

La cérémonie d’ouverture est grandiose, même Christian Jeanpierre ne peut s’empêcher de lâcher un « Terrible ». Après ces festivités et une Marseillaise chantée à plein poumons, le match débute … mal.

BIXENTE LIZARAZU, CHRISTIAN JEAN PIERRE
Email diamant, plus blanc que blanc

15ème minute

«Eh bien Bixente, je ne sais pas si vous connaissez ce joueur, mais c’est un phénomène.»

Pendant que Christian nous sort le CV du joueur à la tunique jaune, l’intéressé préfère déborder ce qu’il reste de Bacary Sagna.

«Alexandru Maxim, pensionnaire de Bundesliga. Il joue à Stuttgart. Et bien figurez-vous Bixente que j’ai une anecdote sur ce jo…»

Maximus parvient à centrer … sur Mamadou Sakho. Le géant d’Anfield dégage de la tête, mais le ballon est remis dans l’axe et file vers Bogdan Stancu, le buteur des Carpates comme on le surnomme dans le milieu. Contrôle de la poitrine,  reprise de volée. Le ballon est à peine partie que on l’entend déjà claquer les filets de Hugo Lloris. Silence de tombe dans le stade. En une action la Roumanie a éteint le Stade de France.

deschamps
La Desch après avoir vu Sagna se faire distancer par Maximus

Ca ne sera qu’après une grosse gueulante de Dédé, que la France se réveillera en seconde période. Cette fois-ci pas de Lilian Thuram sous la main, mais deux remplaçants en forme. Une tête rageuse du grand Moussa Sissoko et une frappe lucide de Lacagette permettent aux Bleus de respirer, un peu.

Le lendemain les titres font la Une. « L’équipe de France n’est pas prête de gagner l’Euro ! ». « Pourquoi ne pas avoir pris Benzema ? », « Deschamps est-il l’homme de la situation ? ». « François Hollande est responsable du faible niveau de l’Equipe de France » titre même Valeurs Actuelles. Ces commentaires toniques sont assez vite atténués par les résultats de la journée suivante. En effet l’énigme albanaise affronte la Suisse. Et les Balkans font sauter la banque. Hamdi Salihi envoie  un missile des 30 mètres dans les cages suisses, et le gardien des Rouges Yann Sommer ne peut rien y faire.

salihi-feston
Une valse ?

5 jours vont s’écouler entre le 1er et le second match. 5 jours où la campagne médiatique intitulé « Je suis optimiste donc je critique les Bleus » continue de plus belle. La meilleure réponse viendra du terrain et c’est le mercredi 15 juin 2016 que ça se passe.

L’équipe de France est déjà sous pression. Obligé de briller devant son public, elle doit se venger sur l’Albanie afin d’affronter les helvètes l’esprit libéré. Pourtant là encore c’est un but en début de match qui vient perturbé le collectif français. Sur un coup franc indirect, Ergys Kaçe vient placer sa tête juste au dessus de celle de Varane et l’essai est transformé.

«Je vous l’avais dit Bixente. Je le suis depuis 10 ans et ce joueur, c’est un futur grand !»

Stupeur dans le stade, mais pas pour longtemps. Un raid solitaire de Griezmann cinq minutes plus tard viendra redonner une confiance, fragile, aux Bleus. Ce n’est qu’en seconde période, avec les percusionnistes Martial et Pogba, que la France se détachera définitivement de l’adversaire coriace des Balkans. Avant cette rencontre, la Suisse arrivait à se défaire de la Roumanie sur la plus petite des marges, grâce à un exploit sa star Shaqiri.

Avec six points en deux journées, la France est pratiquement qualifiée pendant que la Roumanie elle est pratiquement éliminée. Il faudrait une défaite des Bleus combinée à une victoire des Albanais pour les faire passer deuxième au classement. Et quand on sait qu’avec la nouvelle formule, les quatre meilleurs troisièmes sont qualifiés, on avance plutôt sereinement.

Une petite réunion de famille

Les deux dernières confrontations ne proposeront que peu de spectacle. La France et la Suisse se neutralisent avec l’exploit de ne cadrer que deux tirs chacun. L’Albanie quand à elle ne peut faire mieux qu’un nul face aux Roumains. Acharnés, les joueurs de Carpates voulaient repartir avec au moins un point de cet Euro. Torje et Roshi (à vos souhaits) s’échangeront coup pour coup, et finalement l’équipe des Balkans ne repartira de ce Groupe A qu’avec une laborieuse 3ème place.

Quand à nos petits Bleus, il ressorte de ce bourbier avec un 1ère place douloureuse et peu convaincante. Mais allons donc ils n’allaient pas lâcher les chevaux dès le premier épisode.

La suite est bien plus intéressante … et ça se passera dans le Groupe B

Casse-tête à venir pour les Three Lions ?

NOTRE PRONOSTIC POUR LE GROUPE A

Groupe A

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s