Les vikings débarquent en France : présentation de l’équipe d’Islande

Première nation à dévoiler sa liste des 23, l’Islande n’en finit plus de surprendre. L’Île volcanique qui compte autant d’habitants que la ville de Nantes s’apprête à disputer son premier Euro, qui plus est en terre française. Qu’il est loin le temps où on redoutait les ancêtres des insulaires. Mais avec un sélectionneur suédois et une génération dorée, il se pourrait bien que les drakkars vikings débarquent en France pour faire autre chose que de la figuration. Décryptage complet des Hommes du Nord.
Et n’oubliez pas, winter is coming !

Classement UEFA : 27ème

Force de l’effectif :
4/10

Du football en Islande ?

Islande

L’île volcanique de 300 000 habitants nous étonne encore. Après être l’une des meilleures équipes de handball, voilà que les Vikings nous démontrent qu’ils savent aussi taper dans un ballon. C’est à la fin des années 1990 que les insulaires du Nord se révèlent, en faisant trembler la France sur la route des éliminatoires de l’Euro 2000. Rebelote en 2004 où ils terminent à quelques points de leur premier barrage. Il faudra attendre 10 ans pour que l’exploit se produise, mais la Croatie empêchera les drakkars d’accoster sur les rivages brésiliens. 10 ans, c’est le temps qu’il a fallu pour que le projet « indoor » de la fédération islandaise porte ses fruits et face éclore ses premiers fruits. Le Blues Eidur Gudjhonsen n’est plus le seul joueur islandais qui s’exporte. La Terre de Feu a fait naître dans la Mer Arctique un onze rugueux qui est enfin capable de rivaliser avec les meilleures nations mondiales.

Comment l’Islande s’est qualifiée pour l’Euro ?

Joie Gylfi Sigurdsson (ISL)

Quand on regardait le groupe A des éliminatoires, on osait à peine croire à l’exploit. Face à l’Islande se dressaient de sérieux candidats avec les Pays-Bas, la République Tchèque et la Turquie. La 3ème place synonyme de barrage semblait une nouvelle fois abordable pour les Hommes du Nord. Mais ils ont fait bien mieux que ça. Pour leurs 3 premiers matchs, ils marquent 8 buts et étrillent les sélections turques et néerlendaises. Qualifié à mi-parcours, la sélection de Lars Lagerbäck finit en roue libre, réalisant deux nuls contre le Kazakhstan et la Lettonie et un défaite face à la Turquie. Trois prestations qui viennent gâcher la razzia viking. 2ème du Groupe A, les Islandais échappent aux barrages mais laisse la 1ère place à la République Tchèque, nous laissant un goût amer en bouche au vue du goalaverage favorable de +11 des insulaires.

Les 11 Vikings

Equipe d'Islande Euro 2016

Le secret de la réussite islandaise c’est la continuité. Nommé en 2011, le suédois Lars Lagerbäck construit cette équipe depuis 5 ans pour la mener à l’exploit. La défense n’a à première vue rien de rassurant entre un gardien évoluant dans le ventre mou du championnat norvégien et des défenseurs venus dans sa grande majorité de Suède. Mais ce bloc défensif compte plus de 30 sélections ensemble et n’a encaissé que 6 buts en phase éliminatoire. Le milieu de terrain est sans doute le secteur le plus séduisant, avec son récupérateur Aaron Gunnarsson (plus de 200 matchs avec Cardiff)et son créateur Gylfi Sigurdsson (plus de 30 buts en Premier League), grand artisan de la qualification islandaise avec 6 buts. Le jeu en contre de l’équipe s’appuie sur 2 ailiers relativement rapides (Gudmundsson et « Thor » Bjarnason). L’attaque est confié à 2 attaquants prolifiques en sélection (Finnbogason et Sigthórsson) mais qui peinent désormais à confirmer en Allemagne et en France.

L’Islande pourra t’elle se sortir du Groupe F ?

Iceland-celebrate-against-009

L’Islande a certes fait tomber les Pays-Bas sur la route de l’Euro 2016 mais depuis le 13 novembre 2015 cette équipe est sur une inquiétante série de 2 victoires sur 8 matchs amicaux. Avec une défaite contre les Emirats Arabes Unis en prime ! Bien que Lars Largeback a testé de nouvelles tactiques et des nouveaux joueurs durant cette période, on se rend compte à quel point les islandais sont dépendants de leur onze type. Face à des adversaires du même calibre qui ne pourront pas compter sur un banc fourni (Autriche et Hongrie), l’Islande aura sa carte à jouer. L’épouvantail du Groupe F, le Portugal, ne fait plus peur à personne tant les contre-performances de la bande à Cristiano Ronaldo sont nombreuses. La formation du Nord part donc encore en outsider, avec une bonne chance de finir dans les 4 meilleurs 3ème, voir plus. Les drakkars devraient néanmoins se fracasser en pleine mer, face au mur des 8èmes de finale.

Jusqu’où ira l’Islande ? 
8ème de finale

L’ÉQUIPE-TYPE

Compo Islande EUro2016

LES 3 JOUEURS CLÉS

L’arme fatale
Gylfi Sigurdsson
26 ans – 37 sélections 12 buts

Gylfi Sigurdsson

Le meilleur marqueur des éliminatoires est le joueur le plus expérimenté au plus haut niveau, derrière ce bon vieux Gudjhonsen. Après un début de carrière dans les sous-divisions anglaises, le natif de Reykjavík s’exporte en Bundesliga pour mieux revenir. Meneur de jeu de Swansea et de Tottenham, l’habile tireur de coup-franc en est à prêt de 150 matchs de Premier League. Plus que les attaquants, c’est de lui que les adversaires vont devoir s’occuper si ils ne veulent pas se prendre un shoot de 25 mètres.

Le capitaine courage
Aron Gunnarsson
27 ans – 57 sélections 2 buts

Aron Gunnarsson

Le milieu récupérateur de Cardiff est aussi le capitaine de la sélection depuis 2012. De Coventry au Pays de Galles, Aron en est à plus de 300 matchs professionnels. Habitué à la rugueuse Championship, Gunnarsson est le patron du secteur défensif. Iceman aura l’occasion de prouver qu’il peut jouer à l’échelon supérieur, et guider son pays vers l’exploit.

Le facteur X
Kolbeinn Sigthórsson
26 ans – 37 sélections 19 buts

Kolbeinn Sigthorsson

Les supporters nantais doivent encore se demander comment ce joueur a pu marquer 19 buts avec l’Islande et jouer à l’Ajax d’Amsterdam. Décrié par la presse locale pour son comportement, trouvé trop gros en début de saison, Kolbeinn fait réagir en Loire-Atlantique. Avec une saison plus que famélique (3 buts en 26 matchs), l’Islandais ne s’est jamais adapté au FC Nantes. Cet été il aura l’occasion de nous montrer qu’il est le leader de l’attaque islandaise.

La sélection des 23 :
Gardiens: Hannes Halldorsson (Bodo/Glimt/Nor), Ögmundur Kristinsson (Hammarby IF/Suè), Ingvar Jonsson (Sandefjord/Nor)

Défenseurs: Birkir Mar Saevarsson (Hammarby IF/Suè), Ragnar Sigurdsson (FK Krasnodar/Rus), Kari Arnason (Malmö FF/Suè), Ari Freyr Skulason (Odense BK/Dan), Haukur Heidar Hauksson (AIK/Suè), Sverrir Ingi Ingason (Lokeren/BEL), Hördur Björgvin Magnusson (Cesena/Ita), Hjörtur Hermannsson (IFK Göteborg/Suè)

Milieux de terrain: Aron Einar Gunnarsson (Cardiff City/PdG), Emil Hallfredsson (Udinese/Ita), Birkir Bjarnason (FC Bâle/Sui), Johann Berg Gudmundsson (Charlton Athletic/Ang), Gylfi Sigurdsson (Swansea City/PdG), Theodor Elmar Bjarnason (AGF/Dan), Runar Mar Sigurjonsson (GIF Sundsvall/Suè), Arnor Ingvi Traustason (IFK Norrköping/Suè)

Attaquants: Eidur Gudjohnsen (Molde FK/Nor), Kolbeinn Sigthorsson (FC Nantes/Fra), Alfred Finnbogason (FC Augsburg/All), Jon Dadi Bödvarsson (FC Kaiserslautern/All)

Sélectionneur : Lars Lagerbäck

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s