Les Magyars sans pointes : présentation de l’équipe de Hongrie

Il y a 60 ans, la Hongrie était sur le toit du monde du football. De 1950 à 1956, les magyars s’inclinèrent une seule fois en 49 matchs ! Désormais la sélection hongroise ne fait plus peur à personne, se faisant même concurrencer sur la scène nationale par le canoë-kayak et le water-polo. Alors pour renouer avec son glorieux passé, la Hongrie de Gabor Kiraly devra se surpasser. 

Classement UEFA : 20ème

Force de l’effectif :  3/10

Une absence longue de 30 ans

golden-team-aranycsapat-600x400

Cela faisait très, très très longtemps que la Hongrie attendait cela. Depuis la grande époque de l’Aranycsapat (le Onze d’Or) avec Ferenc Puskas et une finale perdue face à la RFA à la Coupe du Monde 1954, le niveau de la sélection magyar n’a fait que décliner. La dernière apparition des Hongrois dans une compétition internationale remonte à 1986 ! Depuis, plus rien … ou presque. On aurait pourtant pu voir la « Golden Team » plus tôt en France, en 1998 plus précisément. Mais à l’époque la Hongrie s’est faites pulvériser en barrages par la Yougoslavie (12-1 sur l’ensemble des deux matchs). Depuis 2010, la Nemzeti Tizenegy va mieux. Non loin des barrages à chaque reprise, la fédération engagea l’ancienne gloire Pal Dardai pour trouver le chemin de l’Euro depuis les rives du Danube. Dardai débauché par le Hertha Bermon, son successeur allemand Bernd Storck a permis à la Hongrie de redorer son bien terne blason en s’invitant à la fête cet été en France.

Une route vers l’Euro chaotique

24246293

Malgré les deux places directement qualificatives, et un groupe d’éliminatoires avec des challengers abordables (Grèce, Roumanie, Irlande du Nord), la Hongrie a eu toute les peines du monde à mettre fin à sa disette de compétition internationale. 4 matchs nuls, 2 défaites, 4 victoires sur la plus petite des marges … un ratio qui a emmené la sélection hongroise tout droit en barrages. Rajoutez à cela un goalaverage peu flatteur (11 buts marqués pour 9 pris en 16 matchs), vous comprendrez pourquoi les Rouges et Verts ont eu de la chance que la Grèce se soit effondrée (la Grèce a terminé dernière du groupe, derrière les Îles Féroé). Direction ensuite les barrages pour la Hongrie. Les espoirs étaient minces lorsque se présentait face à eux la solide Norvège. La sélection scandinave sortait alors d’une bien plus encourageante phase qualificative, terminée à un petit point de la Croatie. Mais la solidité magyar eut raison de la rage des vikings des fjords, et, avec deux victoires, la Hongrie a enfin pu se qualifier. Un Euro qu’elle attendait depuis 44 ans !

Les Magyar à pointes

hungary-getty-1611-750

L’effectif magyar n’a plus un Onze d’Or pour s’attaquer à l’Euro 2016. La solidité défensive des magyars repose sur l’ancien gardien du Hertha et de Crystal Palace, Gabor Kiraly. Pour le reste il y a peu d’expérience dans l’arrière garde de Budapest qui évolue entre la Hongrie et la Pologne. On notera tout de même la présence de l’ancien pilier expérimenté d’Anderlecht Roland Juhász. La concurrence est plus rude au milieu de terrain. Deux postes sont dévolues à Akos Elek, ancien pensionnaire du championnat chinois, ainsi qu’au vétéran Zoltan Gera (37 ans). Néanmoins les jeunes pousses hongroises commencent à émerger. Adam Nagy, milieu du champion hongrois Ferencváros, compte déjà 7 sélections à seulement 20 ans ! Quand au jeune joueur du Werder László Kleinheisler, il l’est d’un des grands artisans de la qualification hongroise lors des barrages. Le capitaine de la sélection, Balázs Dzsudzsák, tient l’aile gauche de l’attaque. Ancien grand joueur du PSV, le dribbleur hongrois s’est perdu en cours de route en Russie avec Samuel Eto’o au Anzhi Makhachkalai. Il distribue désormais les caviars à Bursapor, un club bien loin de son standing d’antan. Quand à l’aile droite, elle n’a pas encore choisie son pensionnaire. Pour l’instant l’ex-Reds Krisztián Németh tient la corde, mais le fait qu’il joue au Qatar pousse le sélectionneur à choisir d’autres options, comme le joueur du Lech Poznan Lovrencsics. Le front de l’attaque est confié au plus efficace. Avec 17 buts en sélection, Tamás Priskin est le plus prolifique. Mais c’est bien l’attaquant de Ferencváros Dániel Böde qui a été le plus décisif en club (20 buts cette saison). En cas de disette, la Hongrie aura toujours le pivot de Bundesliga Ádám Szalai en réserve.

Pourquoi la Hongrie va sortir par la petite porte ? 

Hungary-Play-Off

Sans grand joueur de talent, avec un effectif qui évolue pour la plupart dans le faible championnat hongrois, les Magyars devront surtout compter sur le talent et l’expérience de son portier Gabor Kiraly pour sortir du Groupe F. La Hongrie va s’en doute effectuer un ou deux matchs nuls, voir gagner une confrontation, mais la 3ème place de barragiste sera difficile à acquérir face à l’Islande. Les scandinaves sortent de prestations plus convaincantes, et ils ont éliminé les Pays-Bas sur la route de l’Euro. Pour un retour sur la grande scène européenne, le Onze hongrois devra être à 100% et, avec de la chance, il se hissera en huitième de finale.

Jusqu’où ira la Hongrie?  

Eliminé du Groupe F

L’ÉQUIPE-TYPE

8880-HONGRIE-EURO-2016-AgentColonelK

LES 3 JOUEURS CLÉS

L’atout technique
Balázs DZSUDZSÁK
29 ans – 77 sélections 18 buts

2305469_w2

Probablement le plus beau gâchis de cette sélection. Il y a 5 ans Dzsudzak était LE joueur du PSV. Toute l’Europe lui tendait les bras, mais les petrodollars russes l’embarquèrent dans une bien sombre galère nommée Makhachkala. Après une longue blessure, le milieu offensif hongrois se retrouve au Dynamo Moscou. Ses 3 saisons convaincantes ne lui permirent pas de retrouver sa jeunesse d’antan. Néanmoins le joueur de Bursapor reste l’élément le plus technique et le plus grand danger du collectif hongrois. Capitaine de la sélection avec 77 capes, il est l’un des meilleurs artilleurs de la Hongrie (18 buts) avec Zoltan Gera.

L’unique espoir
Ádám NAGY
20 ans – 7 sélections

Hungary+v+Norway+UEFA+EURO+2016+Qualifier+z8RA6Y6kHQgl

Il est sans doute le plus grand espoir hongrois sélectionné pour l’Euro. À seulement 20 ans, le « Marco Veratti » du Danube est déjà titulaire chez le champion hongrois Ferencváros. En concurrence entre vétérans et jeunes pousses chez les Rouges et Verts, le sélectionneur Bernd Storck ne l’a pas encore confirmé comme titulaire à part entière, mais ça ne serait tarder.

Jogging party
Gábor KIRALY
40 ans – 102 sélections

d06b14e6688656f442cb881b183aed06

Le plus vieux joueur sélectionné à l’Euro est hongrois. Il faut dire que le gardien au bas de jogging était déjà sur les terrains il y a 20 ans de cela. Passé par la Premier League et la Bundesliga, Gabor Kiraly est désormais le joueur hongrois avec le plus capé de l’histoire avec 102 sélections. Revenu dans le club de ses débuts Haladas, Gabor étrennera son fameux jogging gris sur les pelouses françaises. Un joueur qui sent bon les 90s.

Sélectionneur: Bernd Storck

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s