Les 5 joueurs qui ont fait la 1ère journée de l’Euro

La 1ère journée de l’Euro se termine, et, entre déception et révélation, les nations ont pu compter sur leurs joueurs cadres pour débuter la compétition de la plus belle des manières. Retour sur les 5 joueurs qui ont fait la 1ère journée de l’Euro. 

Dimitri Payet

13350280_1121161737945023_7264981092023241173_o

On commence par la France, mais il n’y a rien de chauvin là dedans. L’ensemble des autres joueurs ont d’ailleurs manifesté leur joie au moment où Dimitri a contrôlé le ballon dans la défense roumaine, pour ensuite nettoyer la lucarne adverse d’une frappe limpide. But ô combien crucial puisqu’il lance la campagne de l’Equipe de France, en quête du titre européen dans son jardin. Les premiers matchs nous l’ont montré, les scores ne sont pas fleuves et face aux blocs compacts des équipes les moins réputées, il faut trouver le moyen de percer la muraille. Ce n’est sans doute pas la dernière fois que nous parlerons de Payet, tant ses choix et sa vista ont été précieux pour les Bleus face à la Roumanie.

Luka Modric

EURO-2016-Turquie-Croatie-Modric-tout-simplement

La Croatie a pour elle un statut d’équipe agréable à voir jouer. Et quand elle s’est présentée face à la Turquie, on attendait de voir un Mandzukic ou un Rakitic se révéler. Et pourtant c’est un autre grand joueur, dont on ne parle plus vraiment, qui s’est révélé. On oublie la classe de Luka Modric depuis qu’il est un énième pion dans l’effectif superstar du Real Madrid. Pourtant Luka rend tout ce qu’il touche d’or une fois le ballon au pied. Face à une armée turque combative, il a fallu que le blondinet reprenne de volée un ballon à l’entrée de la surface, pour libérer ses coéquipiers. Avec un Modric au top, la Croatie semble enfin prête pour aller loin dans un Euro.

Manuel Neuer

neuerschweinsteiger

Le meilleur gardien du monde n’a pas volé son statut. Face à l’Ukraine, il a effectué 3 arrêts de grande classe. Manu a permis à l’Allemagne de débuter de la compétition de la plus belle des manières, même si il reste encore une défense à solidifier. Car devant lui on a bien vu que Boateng manquait encore de rythme, que les latéraux pouvaient se faire prendre par un Yarmolenko ou bien encore qu’un Mustafi ne comprenait pas encore qu’il jouait avec un goal volant. Avec le retour programmé de Mats Hummels, le portier de la Manschafft aura de quoi encore cadenasser  un peu plus le verrou allemand en vue des prochains matchs.

Andres Iniesta

andres-iniesta

Koke, Nolito, Morata … et bien non ce n’est pas pour tout de suite que nous connaîtrons un nouveau visage capable de faire briller l’Espagne. Car face au bus tchèque il a fallu un grand Iniesta pour bouger le bloc ultra-défensif des slaves. Véritable maître à jouer de la Roja, c’est de lui qu’est venu l’éclair pour faire un centre salvateur en direction du buteur du match, Piqué. A 32 ans, le barcelonais est loin de se diriger vers la retraite et il prouve que les vétérans espagnols sont bien là pour pousser tout une nation à soulever un deuxième titre européen.

Giorgio Chiellini (et toute l’équipe italienne)

1329880-28591172-1600-900

Si il en fallait n’en désigner qu’un dans cette équipe, c’est bien lui qu’il faudrait mentionner. Avec ses compères de la Juve Bonnucci et Barzagli, Giorgio a simplement écoeuré les attaquants belges, trop justes pour espérer en en mettre un à Buffon. En vieux briscard Chiellini a même commis les fautes opportunes au bon moment. Mais surtout dans cette Italie champagne, le défenseur a adressé le caviar qu’il fallait à Giacherrini, qui d’un merveilleux contrôle, a ensuite mystifié Thibaut Courtois. Si « la pire Nazionale de tout les temps » continue sur ce rythme, nul doute qu’on la verra encore loin dans cette compétition.

Bonus : Wayne Rooney

Wayne Rooney has scored 47 goals for England – two behind Sir Bobby Charlton's record of 49

On a sans doute moins parler de lui à causer des faits de hooliganisme ou bien parce que l’Angleterre s’est fait rejoindre par la Russie au pire des moments. Pourtant l’autre équipe séduisante fut bien l’Angleterre. Un collectif bien huilée, de nombreuses occasions. Il n’a manqué aux British qu’un Harry Kane au rendez-vous pour espérer en mettre minimum 3 aux Russes. Et dans le 11 de Roy Hodgson c’est bien Wayne Rooney qui semble indispensable. Replacé milieu de terrain, Shrek est partout et est le véritable maître à jouer de son équipe. Il aurait dû inscrire le 1er but anglais de la compétition, mais Akinfeev a retardé l’échéance. Entouré des jeunes Alli et Dier, le mancunien est au rendez-vous et peut peut-être porter enfin l’Angleterre au delà de ses ambitions.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s