Le coup de joker : ce qu’il faut retenir de France-Albanie

C’est dans l’écrin du stade Vélodrome que l’Equipe de France a disputé son deuxième match de l’Euro. Face à l’Albanie, les Bleus devaient laver l’affront de la précédente confrontation avec la sélection des Balkans. Un coup de patte de Kace avait fait vivre une défaite et un bien malheureux calvaire à la bande à Deschamps.

Hier soir les Bleus se présentaient avec, on l’espérait, plus de certitudes. Libérer de l’enjeu du match d’ouverture, le sélectionneur avait décidé de faire évoluer son habituel 4-3-3 en un plus offensif 4-2-3-1. Sans Griezmann et Pogba, sur le banc, c’était le moment où jamais pour certains de se révéler. Pourtant les 45 premières minutes ont été d’un ennui mortel (et je peux d’autant plus en témoigner que j’étais au Vélodrome pour le match). Entre les contrôles ratés de Matuidi, les dribbles manqués de Martial et l’ultimawashi de Evra sur l’attaquant albanais Sadiku, la frustration était grande chez les supporters, au moment de rentrer au vestiaire.

Un coup de gueule de la Desch’ à la pause et l’entrée de Paulo Pogba à la place du transparent Martial ont permis aux Bleus d’aborder la seconde mi-temps dans le 4-3-3 qui leur va si bien. Et dès les premières minutes ça change tout, puisque les joueurs pressent la défense albanaise et ils se montrent enfin dangereux en tentant plus de tirs et en cadrant enfin des frappes. Pourtant la menace des Balkans est toujours là puisque Sadiku frappera de la tête le poteau de Lloris. Mais l’avantage est du côté du coq. L’Albanie est privée de ballons, et on tente le tout pour le tout du côté de la France, en faisant rentrer Antoine Griezmann. Le verrou n’est pas loin de sauter quand Giroud touche le poteau de Berisha d’une tête enfin bien décroisée.

Mais il faudra attendre les arrêts de jeu, et l’entrée de l’enfant du pays Kendji Gignac, pour que l’Equipe de France se libère enfin. L’ouverture du score semblait pourtant tellement improbable. Aussi improbable qu’un centre enroulé de Adil Rami pour une tête salvatrice d’Antoine Griezmann. Pourtant le madrilène fait sauter la banque et libère enfin les supporters d’un match dur pour les nerfs. Totalement abattus, des crampes jusqu’aux mollets, les joueurs albanais sont à terre et savent que la partie est perdue. Pourtant ils tentent dans les 6 minutes du temps additionnel de rattraper leur retard. Mais il est trop tard, et quand la garde de l’Albanie est moins présente, cela libère plus d’espaces. Notamment pour Paul Pogba, qui enfin fait une passe décisive plutôt que de se la jouer perso. Dimitri Payet se chargera ensuite de fusiller le portier albanais pour solidifier la victoire de haute lutte de la France.

Les enseignements du match

Rien de rassurant pour ce deuxième match. Les Bleus ont fait un non-match pendant 45 minutes, avant de proposer des actions de jeu brouillonnes face à un bloc albanais certes solide mais qui reste le bloc de l’Albanie. On notera surtout l’ultra-dépendance française à Dimitri Payet, tandis que les mobylettes Coman et Martial ne se sont guère montrer dangereuses. Olivier Giroud a manqué de justesse, surtout dans son jeu de tête offensif, et Antoine Griezmann a oublié ses doutes pour enfin proposer ce qu’on attendait de lui. On attend d’ailleurs aussi beaucoup plus de Paul Pogba, mais à force de le critiquer on a l’impression que c’est devenu une habitude. Peut-être plus présent que contre la Roumanie, Pogbou cherche trop à tenter l’impossible, à l’image de son 4 contre 2 mal négocié en milieu de seconde mi-temps. Du côté du milieu de terrain on cherche toujours le vrai Blaise Matuidi, tandis que N’Golo Kanté enquille les tacles et les ballons récupérés. En défense la charnière Rami-Koscielny semble aller mieux, même si elle n’est toujours pas rassurante sur coup de pied arrêté. Patrice Evra s’est enfin mis au niveau de son alter-ego Bacary Sagna, en étant engagé comme jamais, peut-être trop parfois. Quand à Hugo, difficile de dire autre chose que du bien de lui.

Les notes du match

Hugo Lloris => 6

Rassurant durant tout le match, il n’a pas eu à rattraper les erreurs de ses petits potes dès les premières minutes. Il aurait pu se prendre un but de l’Albanie mais son poteau en a décidé autrement. Un but de l’Albanie ? Sérieusement ?

Patrice Evra => 5

Laissant les calissons au vestiaire, Patoche a décidé d’arrêter de se faire dribbler par le plombier du coin. Fan de Bruce Lee, Evra était tellement dans le match qu’il a tenté de décapiter un albanais. L’arbitre appréciant l’artiste n’a pas décidé de l’expulser. Beau joueur.

Laurent Koscielny => 6

Il a oublié son amour naissant avec Varane et il vit enfin l’Adil avec Rami au bout de 4 matchs. Affaire à suivre face à des attaquants plus rapides et plus dangereux.

Adil Rami => 6,5

Adil a vu les centres de Bacary à l’entraînement et il s’est dit qu’il pouvait faire aussi bien, voir mieux. C’est chose faites pour le nouvel arrière droit, avec un centré téléguidé en direction de la tête de Griezmann.

Bacary Sagna => 5

Rarement inquiété, Bacary a fait la navette à vide entre la défense et l’attaque. Il a tenté des centres mais cette fois-ci on ne peut guère le féliciter.

N’Golo Kanté => 7

Précieux dans l’entrejeu, N’Golo est chez lui en Equipe de France. Tacler, récupérer, relancer, il nous ferait même oublier Matuidi.

Blaise Matuidi => 4

Blaisou est encore en vacances. Des contrôles ratées, un impact offensif et physique quasi nulle, il reste encore titulaire au vue du peu de choix de Didier Deschamps. Pourtant un Cabaye aurait mieux fait que lui.

Kingsley Coman => 5

Courir tout droit, faire des roulettes, dribbler … Kingsley sait faire mais Coco ne semble pas voir digérer son gâteau d’anniversaire. Remplacé par Griezmann (6) qui a repris à cœur son rôle de leader offensif des Bleus en marquant de la tête.

Anthony Martial => 3

Face à Hysaj, Anthony n’a pas existé. On ne compte plus le nombre de contrôles et de face à face ratés. Remplacé par Paul Pogba (5) un peu plus présent que d’habitude mais ce n’est pas encore ça pour le futur Ballon d’Or 2084.

Dimitri Payet => 8

C’est de lui que semblait venir l’étincelle de chaque offensive des Bleus. Même si il n’est pas directement impliqué dans l’ouverture du score, il a pesé tout le match et il aurait même pu offrir la balle de but à Lolo Koscielny. Son but en fin de partie ne fait que récompenser sa prestation. Par contre le poteau de corner est toujours en cours de réanimation.

Olivier Giroud => 5

Il aurait pu une nouvelle fois libérer les Bleus d’une tête salvatrice, mais les poteaux en ont décidé autrement. Très présent physiquement mais pas assez rapide pour prendre les albanais de vitesse, Olivier a été aussi frustré que nous tout le match. Remplacé par Gignac (non noté), de retour à la maison, mais qui n’a pu célébrer son retour par un but.

Par Kévin Veyssière

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s