La Griezmann-mania : ce qu’il faut retenir de France-Allemagne

58 ans que l’Equipe de France n’avait pas battu l’Allemagne en phase finale de compétition internationale. Et pourtant hier, les Bleus l’ont fait ! Au forceps, face à une Mannschaft à court d’idées, les allemands se sont cassés les dents sur le collectif français, et sur un certain Hugo Lloris. On dira ce que l’on voudra, ça fait du bien d’être en finale de son Euro putain !

1890728-39810409-640-360

Et ces 11 Bleus là ont attaqué la rencontre tambour battant. Très vite au contact des joueurs allemands, il faut un grand Neuer pour empêcher Griezmann d’ouvrir la marque dès la 7ème minute. Puis petit à petit la pression française redescend et la bande à Deschamps laisse la balle à l’Allemagne. La possession de balle atteint très vite 70% côté germain, et cela entraîne forcément son lot d’occasions. Mais par deux fois, Hugo Lloris repousse les tentatives de Emre Can et de Schweinsteiger.

90b7e

Et le danger continuera de peser sur la défense française, avec les percées de Hector et surtout de Kimmich. Depuis son aile droite la rustine allemande délivre un centre parfait, et il faudra un grand Umtiti pour déposséder Thomas Müller d’une balle de match. Comme face à l’Islande, la Frace va se réveiller juste avant la mi-temps. Paul Pogba teste les gants de Neuer dans un premier temps. Et puis la tour de contrôle Giroud parvient à se défaire du marquage de Boateng. Il a alors le choix entre un tir ou une passe lobée pour Griezmann, et malheureusement le Gunner fera le mauvais choix, pris par Benedikt Howëdes.

2fa7a

C’est d’un coup de pied arrêté que viendra la délivrance. Mais pas de la manière à laquelle on le pensait. Patrice Evra se fait prendre par Schweinsteiger sur le corner de Griezmann. Monsieur (Philippe ) Rizzoli stoppe le jeu. L’allemand a effectivement repris le ballon de la main, en pleine surface. Et le juste prix à payer pour cette faute c’est bien le penalty. Dans cette situation inespérée, c’est Antoine Griezmann qui se charge de tirer le coup de canon. Loin de la finale de la ligue des champions où il avait manqué son pénalty, le Grizou ne flanche pas et prend à contre-pied le grand Manuel Neuer. Le stade exulte, la France explose de joie ! Ca fait bien 1-0, et au meilleur des moments, juste avant la mi-temps.

23ef3

La seconde période sera sur le même rythme que la première. Une forte possession allemande mais peu d’occasions dangereuses au bout du compte. La France elle maîtrise son sujet et joue le contre avec son pivot Giroud et le virevoltant Griezmann. L’Allemagne cogite toujours un peu plus, et un énième coup dur vient frapper la Mannschaft, puisque à l’heure de jeu, Jérôme Boateng est victime d’une blessure.

Boateng

Estropiée et sans imagination, l’équipe allemande va subir un second coup de poignard. Après une erreur de Kimmich, Pogba s’amuse avec Mustafi, lui casse les reins, et centre dans la surface. Manuel Neuer sort de manière hasardeuse pour empêcher Giroud de prendre le ballon de la tête, mais c’est Griezmann qui récupère le ballon et fusille les cages teutonnes. 2-0 ! La France est en liesse et les Bleus se dirigent tout droit vers la finale de l’Euro, chez eux, à la maison.

52e9d

Pourtant l’Allemagne ne s’avoue pas vaincue. Mais même quand l’équipe de Löw trouve les solutions, c’est Hugo Lloris qu’elle rencontre. Sauvé par son montant sur un délice de tir de Kimmich, Hugo sortira la parade qu’il faut en toute fin de match pour repousser la tête de Müller. Avec ce gardien là, l’Allemagne ne pouvait pas marquer ce soir, et malheureusement pour elle Manuel Neuer n’a pas été aussi décisif. Le choc annoncé a eu lieu, et la France gagne avec la manière face à un adversaire qui a posé le pied sur le ballon mais qui n’a pas su l’utiliser à bon escient. 

L’Equipe de France peut désormais regarder plus haut !

34b33

L’analyse de la 3ème mi-temps

2048x1536-fit_coman-kimmich-marseille-7-juillet-2016

Côté allemand on peut surtout s’interroger sur la tactique de Joachim Löw. Bien que défensivement l’Allemagne se soit fait peur contre l’Ukraine dès le début de l’Euro, ce secteur semblait être l’élément fort de l’équipe. Néanmoins la Mannschaft a toujours connu dans la compétition de gros problèmes offensifs, masqués en partie face à la faible équipe slovaque. Joachim Löw a eu l’intelligence de faire jouer Mario Gomez plutôt que Götze au cours de l’Euro, mais la blessure du géant allemand a ensuite fait retomber les teutons dans leur travers. Sans point de fixation, les allemands font certes tourner le ballon mais le niveau de jeu des Özil, Draxler, Müller était bien trop intermittent pour espérer quelque chose. 

paul-pogba-au-duel-avec-toni-kroos-lors-de-la-demi-finale-de-l-euro-entre-l-allemagne-et-la-france-le-7-juillet-2016-a-marseille_5633655 (1)

A l’inverse Didier Deschamps a rectifié le tir. A la peine face durant le début de l’Euro, il a fallu des exploits de Payet et Griezmann pour que les Bleus sortent du Groupe A. L’animation offensive du 4-3-3 passait par les ailes mais seul Payet et Giroud semblaient au niveau. Pogba n’influençait pas le jeu, et les Martial et Coman ont surtout fait beaucoup de dribbles et de ligne droite, souvent pour rien.

France's defender Samuel Umtiti (R) celebrates with forward Antoine Griezmann after he scored a penalty shot giving France the first goal of the match during the Euro 2016 semi-final football match between Germany and France at the Stade Velodrome in Marseille on July 7, 2016. / AFP PHOTO / PATRIK STOLLARZ

Le déclic est intervenu dans la seconde période du huitième de finale France-Irlande. Dos au mur, Didier Deschamps a choisi de positionner Griezmann juste derrière Giroud, pour donner plus de volume à sa palette offensive. Et bien lui en a pris puisque Griezmann est depuis sur un rythme de feu de 5 buts en 3 match. Le 4-2-3-1 concocté par DD bonifie le rôle de pivot d’Olivier Giroud, le talent de Paul Pogba et les courses de Moussa Sissoko. Seule ombre au tableau, on voit sans doute moins Dimitri Payet, brillant durant le début de l’Euro mais de plus en plus effacé.

7783859957_mario-gomez-et-thomas-muller-en-france-en-juin-2016

Sans attaquant de métier l’Espagne était parvenue au sommet de l’Europe et du Monde. Sans attaquant de métier l’Allemagne était devenue championne du Monde. Mais cette fois-ci cela n’a pas suffi. Joachim Löw avait pourtant réussi son pari tactique face à l’Italie, mais face à la France, son 4-3-3 sans Mario Gomez s’est cassé les dents sur Bleus plus efficaces et plus tranchants. 

Auf wiedersehen !

5949751_itfgcquj

Par Kévin Veyssière

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s